vu au cours d'un long périple pédestre parisien hier ces deux annonces en vitrine d'une agence immobilière qui m'ont fait rire:

_users_karinele_desktop_1401
Ca me plairait assez de visiter un trois-pièces de 140m2 rien que pour voir à quoi ça peut ressembler. Comme quoi, le trois pièces peut aller de 30-35m2 à 140m2.

C'est un régal que de lire les annonces (et en plus, elles sont là pour ça) et ça me laisse pantoise qu'un agent immobilier soit capable de dépeindre sans sourciller un produit qui, dans l'absolu, tient plus du taudis que du palace. C'est prodigieux. Les écouter faire le numéro (surtout en situation) est un délice, sauf, bien sûr, quand on veut se trouver un endroit où vivre.

Mais avec du recul, le décryptage est très drôle.
Ah la poésie des volumes atypiques (biscornus), des vues imprenables sur les monuments parisiens (en se dévissant la tête, on peut apercevoir un bout de corniche par beau temps), le quartier authentique et rénové (bobo-tisé), le studio fonctionnel (spartiate et minuscule), le charme des pièces mansardées (au delà d'un mètre cinquante, tu t'assommes en te redressant), les kitchenettes (dans un placard), le calme d'une courrette (le mur d'en face est à vingt centimètres), l'inénarrable puits de lumière (il faut le voir pour le croire: une sorte de conduit où en passant ta tête tu peux voir à la verticale, très loin là-haut, un rond de ciel), la studette (tu tends les bras, tu touches les murs), les poutres apparentes (vermoulues et au bord de l'effondrement), les parquets d'époque (glissades, échardes et grincements garantis), le coup de coeur à voir absolument (le truc invendable à refourguer au premier pigeon un peu impressionnable).

Alors il faut saluer cette annonce qui a le mérite d'annoncer la couleur (et qui était affichée dans la même agence):

_users_karinele_desktop_sans_confort

Au moins, là, pas de désillusion possible. On sait qu'on va voir un truc pourri. On ne peut qu'être positivement surpris, non?