Et parfois ça me saoûle. Non que je me sente réellement vieille. C'est juste que se dire que quelque chose qui vous paraît hier est arrivé il y a vingt ans déjà, ça me fait un choc. Mais que s'est-il passé? Juste le temps qui file. Il y a plein de nouveaux êtres qui ont grandi, qui sont aussi grands que vous et qui, quand vous leur évoquez un événement, ne peuvent pas l'avoir connu car ils n'étaient même pas un blip sur le radar de leurs parents quand c'est arrivé. Pfou, leurs parents ne s'étaient même pas encore rencontrés.

Et plein d'autres êtres qui étaient chers à votre coeur s'en sont allés. Attention séquence nostalgie. Il faudrait profiter des gens à qui l'on tient car rien ne dure. Rien. Et arriver à leur dire qu'on tient à eux car non, hélas, ce n'est pas si flagrant que ça. Au quotidien, on ne se dit pas tant de gentillesses que ça et finalement, on n'est jamais sûr des sentiments de ceux qui vous entourent. Et quand c'est trop tard, c'est vraiment trop tard.

J'ai trouvé un site que je vous recommande: Paris avant. Ca existe avec d'autres villes. Le principe, c'est de prendre les cartes postales du début du 20ème siècle et de photographier le même endroit maintenant. Personnellement, à la fois, ça me fascine et ça me fiche le vertige.


Des lieux arpentés par tant de gens,  quasi-identiques cent ans auparavant. Des immeubles quasi-inchangés et des vies passées, parties. Les lieux restent en grande partie, pas les gens. Et pendant ce temps-là, on se noie dans des problèmes qu'on croit fondamentaux sur le moment alors qu'au fond, on passe à côté de l'essentiel la plupart du temps.

Bientôt, je vais passer dans le deuxième versant de ma vie, statistiquement parlant, celui où il me restera moins de temps à vivre que celui que j'aurai déjà vécu, en admettant bien sûr que j'arrive à vivre l'espérance moyenne de vie pour la femme française. De toute manière, arriver à vivre vieux, c'est un exploit, il peut vous arriver tellement de choses avant.

Donc deuxième versant: je pense toujours la même chose qu'enfant. Les gens s'agitent en tous sens comme des poulets sans tête et c'est bien dommage car vu qu'on ne sait pas ce qu'on fiche là, il vaudrait mieux en profiter du mieux qu'on puisse.

Alors, si, bien entendu, il n'y a pas la fin du monde vendredi (la bonne blague), montrez votre attachement pour de bon à ceux à qui vous tenez vraiment et avec qui vous bougonnez (peut-être) à l'avance de devoir vous coltiner les fêtes, non?